6 choses à négocier avec son banquier

Si vous pouvez tenter de tout négocier, tout n'est pas négociable. Et certains banquiers savent qu'ils sont souvent gagnants au jeu de la négociation.

Pourtant, plus votre profil client est bon et plus votre banque est encline à revoir ses tarifications à la baisse ! N'hésitez plus, et lancez-vous, vous n'avez rien à perdre.

 

Carte bleue : le haut de gamme à portée de main

Carte bleue : le haut de gamme à portée de main
© 123RF / NejroN

Demander à bénéficier d'une carte bleue à moitié prix, voire gratuite, pendant un an, ou profiter d'une carte haut de gamme au prix d'une classique ? C'est tout à fait possible.

  • Le plus simple reste de demander cette faveur avant la souscription d'un produit.
  • En effet, le banquier sera plus réceptif si vous êtes sur le point d'ouvrir un compte dans son établissement.

C'est également le bon moment si vous êtes un client de longue date n'ayant jamais fait l'objet d'incident bancaire.

Bon à savoir : pour faciliter votre négociation, reportez-vous au document d’information tarifaire normalisé contenant les 12 principaux tarifs bancaires (directive du 23 juillet 2014 sur la comparabilité des frais liés aux comptes de paiement et arrêté du 5 septembre 2018). Par ailleurs, vous pouvez consulter le site tarifs-bancaires.gouv.fr. Ce comparateur en ligne, public et gratuit, porte sur les tarifs représentatifs des principaux établissements de crédit et prestataires de services de paiement exerçant en France.

Frais bancaires et découvert

Frais bancaires et découvert
© Shelly Perry / Getty Images

Dans le langage courant, les clients appellent agios uniquement les frais liés au découvert ce qui est souvent source d'incompréhension avec les banquiers. En effet, au sens strict, les agios désignent les sommes prélevées par les banques pour le fonctionnement d'un compte courant.

La banque dispose de 3 mois pour proposer un crédit à son client en découvert. Au delà, si la banque n'a pas fait de proposition, les agios sont annulés (article L341-1 du Code de la consommation).

Généralement, les banques contournent la loi en faisant signer une autorisation de découvert non limitée dans la durée. Vérifiez donc la présence de cette clause dans votre contrat et si vous n'avez pas encore signé, négociez la suppression de celle-ci.

Sinon, il existe des moments plus ou moins opportuns pour négocier ses frais bancaires et de découvert.

  • Vous pouvez profiter d'une erreur de la banque en votre défaveur pour négocier de meilleures conditions.
  • La banque préférera répondre favorablement à vos revendications plutôt que prendre le risque de perdre un client.

Bon à savoir : les taux d'intérêt et le montant des commissions varient d'une banque à une autre.

Lire l'article

À chaque profil son taux d'emprunt

À chaque profil son taux d'emprunt
© Thinkstock

Le banquier dispose d'une grille tarifaire des taux d'emprunt. Selon votre profil, il peut vous faire des remises pouvant aller jusqu'à 3 % du taux initialement affiché.

Pour négocier un taux avantageux, vous devez rassurer votre banquier :

  • Vous occupez un emploi en contrat à durée indéterminée depuis plusieurs années ? C'est un avantage surtout si vos revenus progressent régulièrement.
  • Vous épargnez un petit peu chaque mois ? Expliquez comment vous procédez.

Dans ce genre de requête, l'absence de découvert est très appréciée par les banques.

Bon à savoir : pour faire baisser le taux, demandez à votre banquier de prélever plus de frais de dossier en échange d'une baisse de taux.

Pensez à négocier en même temps les pénalités de remboursement anticipé ! Une fois le contrat de prêt signé, il est beaucoup plus difficile, voire parfois impossible, de les négocier.

Faire jouer la concurrence pour l'assurance

Faire jouer la concurrence pour l'assurance
© Thinkstock

Inutile de négocier le taux si vous ne vous préoccupez pas de l'assurance du prêt qui vous couvre en cas d'invalidité, d'arrêt de travail et de décès.

Bon à savoir : le taux de l'assurance augmente avec l'âge de l'emprunteur.

Depuis le 1er septembre 2010, la loi Lagarde permet aux souscripteurs de crédits immobiliers de choisir librement l'assurance qui accompagne ce type de prêt. Cette loi pousse les banques à être plus compétitives et à revoir leur tarification à la baisse.

  • Il est vivement conseillé d'aller vérifier les tarifs d'une assurance individuelle auprès des courtiers d'assurances et des sites Internet.
  • Les garanties doivent toutefois être équivalentes à celles proposées par la banque.

Important : les contrats individuels d'assurance comportent souvent des exclusions de garanties comme les sports dangereux.

PEA et comptes titres : diminuez les droits de garde

PEA et comptes titres : diminuez les droits de garde
© Thinkstock

Les droits de garde sont la rémunération perçue par la banque pour assurer la garde et le service des titres qu'elle détient pour le compte de ses clients. En clair, une fois par an, votre compte titres est facturé par votre banque.

L’article D. 221-111-1 du Code monétaire et financier créé par le décret n° 2020-95 du 5 février 2020 prévoit qu’à compter du 1er juillet 2020, les frais d'ouverture, de tenue, de transaction et de transfert des PEA ou des PEA-PME sont plafonnés. Notamment, les frais de tenue de compte sont plafonnés à 0,4 % de la valeur des titres détenus ou de la valeur de rachat du contrat (avec des frais fixes par ligne de titres détenus limités à 5 € ou à 25 € pour des titres qui ne sont pas admis aux négociations sur une plateforme de négociation). Le décret n° 2021-925 du 13 juillet 2021 étend le plafonnement aux frais de transaction sur titres non cotés.

Vous pouvez diminuer jusqu'à obtenir la gratuité de ces frais, car beaucoup de banques en ligne instaurent un climat très concurrentiel.

Bon à savoir : vous pouvez déduire les droits de garde des titres du montant des dividendes à déclarer.

Assurance vie et PEA : la concurrence comme argument

Assurance vie et PEA : la concurrence comme argument
© Thinkstock

L'assurance-vie ou le plan d'épargne en actions (PEA) sont négociables.

  • Votre principal argument de négociation : vous ne trouvez pas juste de payer les mêmes frais de gestion qu'une personne épargnant moitié moins que vous.
  • De même, n'hésitez pas à rappeler à votre banquier que certaines compagnies d'assurance sur Internet ne ponctionnent pas de frais à l'ouverture d'un contrat d'assurance-vie.
  • Vous pouvez également espérer une remise si vous souscrivez un produit bancaire en même temps que votre conjoint.

En revanche, aucune possibilité de négocier les livrets réglementés comme le livret A ou le livret de développement durable. Leur taux étant fixé par décret.

 

Pages Jaunes vous en dit plus

Consultez aussi : 8 placements anti-crise que vous ne connaissez pas

Téléchargez gratuitement :

Ces pros peuvent vous aider